Concert – La musique plus forte que la haine

Accueil » Les artistes » Grégory Privat

Grégory Privat

Grégory Privat, pianiste de Jazz, est né en Martinique. PORTRAITSÀ la maison, l’influence musicale de son père José Privat – pianiste du très célèbre groupe antillais Malavoi – lui donne les fondements essentiels du musicien qu’il est devenu aujourd’hui. José Privat, ayant étudié le piano en autodidacte, préfère l’inscrire à 6 ans chez un professeur particulier, où il étudiera le piano classique pendant 10 ans. Durant cette période, les cours de solfège ne l’intéressant pas vraiment, Gregory concentrera davantage son attention à développer les aspects techniques de l’instrument.

À peine âgé de 16 ans, il commence à composer pour la section de musique de son lycée, dont il devient l’un des membres les plus actifs. Il abandonne le piano classique pour s’orienter vers le Jazz et l’improvisation. Puis, en partant étudier en école d’ingénieur à Toulouse, Grégory multiplie les représentations en solo ou en trio dans quelques clubs de la ville, pour des concerts ou pour l’animation de jam sessions. Par chance, les occasions de se produire sur scène ne manquent pas, et en 2005 Grégory fait la première partie du Festival Biguine Jazz de la Martinique.

Fraîchement diplômé, Grégory est bien décidé à conquérir les scènes parisiennes. Il fonde alors le groupe «TrioKa», mélange de Jazz, de mélodies caribéennes, et de KA (percussion traditionnelle guadeloupéenne). Malgré de belles performances, le groupe rencontre des difficultés et finit par se dissoudre un an plus tard. Pourtant, les années qui vont suivre seront l’occasion pour Grégory de faire des rencontres précieuses avec d’autres musiciens en tant que sideman, parmi lesquels : Orlando «Maraca» Valle, Jacques Schwarz-Bart, Franck Nicolas, Stéphane Huchard, Dominique Di Piazza, Rémi Vignolo, Catia Werneck, Sonny Troupé, Guillaume Perret, Stéphane Belmondo…

L’envie de se dépasser et de progresser se faisant de plus en plus sentir, Grégory s’inscrit, par curiosité, à plusieurs concours internationaux de piano. Curiosité qui sera gratifiée, en juillet 2008, par deux places de demifinaliste au Jazz Piano Solo Competition lors du Montreux Jazz Festival, et en 2010 au Concours Martial Solal. Entre temps, Grégory monte une nouvelle formation, plus personnelle, réunissant la plupart de ses compositions, et se produit dans de grands clubs de Jazz parisiens tels que le Baiser Salé, le Sunset, ou encore le Duc des Lombards… C’est d’ailleurs avec cette formation qu’il enregistre l’album «Ki Koté».

Après ce premier opus, remarqué tant par la presse que par le public (plus de 3 000 copies vendues), Grégory Privat est aujourd’hui prêt à proposer une nouvelle création de son univers musical, illustration sonore de l’histoire de Cyparis, un prisonnier que son profond cachot protège du souffle meurtrier de la Montagne Pelée qui anéantit Saint-Pierre, alors capitale de la Martinique en 1902. L’histoire retiendra que seul Cyparis survécut à cette catastrophe. Bien qu’il n’en soit rien, les talents de conteur de Cyparis en feront un phénomène de foire enrôlé par le Barnum & Bailey Circus avec lequel il parcourut le monde en exhibant ses brûlures.

«Tales of Cyparis» paraîtra à la rentrée sur le label Plus Loin / Abeille Musique.

http://www.gregoryprivat.com

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :